Accepter la dépression

Bonjour les ami(e)s !

Aujourd’hui, j’ai envie d’écrire un article un peu plus intimiste, un peu plus personnel sur la dépression et le pourquoi j’ai eu du mal à accepter ma dépression.

La dépression c’est la maladie qui fait peur mais surtout qui fait honte voire qui  donne un sentiment de culpabilité alors l’accepter c’est quelque chose de difficile.

Je n’ai pas eu le diagnostic rapidement parce que pour moi je ne souffrais pas de ça, ça n’était pas possible, je n’avais pas de raison d’être dépressive, sans dire que je n’ai jamais de souci dans l’ensemble je m’estime heureuse et reconnaissante de ce que j’ai, j’ai une famille, une maison, mon mari et moi-même avons un emploi, nous sommes en bonne santé et nos enfants aussi, notre couple va bien, le bilan est plutôt positif.

La seule chose qui n’allait pas ces derniers temps c’était mon humeur, j’étais toujours en colère, tout m’agaçait et moi qui suis en général très patiente avec les enfants je ne supportais plus leurs petites bêtises, je criais du matin au soir mais je mettais cette colère sur le compte de la fatigue parce que ça c’est indéniable j’étais crevée mais comme à mon habitude j’ai remis à plus tard d’aller voir mon médecin pour demander un petit check-up sanguin et ça ça était l’erreur numéro 1, oublier de prendre soin de ma santé.

Mais juste avant les vacances, voyant que je n’en pouvais vraiment plus je me suis enfin décidée à demander une prise de sang et celle-ci a bien entendu indiqué une carence et en Fer et en Vitamine D, voilà ce qui expliquait cet état de fatigue constant !

Pourtant malgré une complémentation en Fer et en Magnésium mon état de nervosité ne s’améliorait pas, j’avais de plus en plus de mal à me reconnaître et je culpabilisais de plus en plus de faire endurer mon énervement à ma petite famille et puis j’ai commencé à ressentir de la tristesse,une impression que je n’arriverai à rien, un mal-être avec des idées noires qui me traversaient l’esprit, je n’aimais plus mon reflet, j’étais comme dans une bulle de négativité et là j’ai commencé à me dire que je faisais peut-être une petite déprime.

 

N’ayant pas de raisons de déprimer, j’ai voulu trouver un échappatoire une nouvelle fois en accusant mon moyen de contraception qui fait débat ces derniers temps et qui donne ces mêmes effets secondaires alors j’ai demandé à mon médecin à faire une vérification d’une éventuelle intoxication au nickel (pour information cette prise de sang là n’est pas remboursée et coûte 44€).

Mais devinez un peu le résultat … NEGATIF !

Mon médecin étant en congés c’est son remplaçant que j’ai rencontré et lui n’est pas passé par 4 chemins et au vue de mes symptômes m’a annoncé que je faisais une dépression,

Mais comment ça une dépression ? je n’ai pas de raison d’en faire une, tout va bien dans ma vie!

Le médecin m’a rassuré en me disant que ça pouvait arriver à n’importe qui et à n’importe quel moment de notre vie et qu’avec un petit coup de pouce médicamenteux tout devrait revenir dans l’ordre !

Et bien malgré mon scepticisme quand aux médicaments ( j’ai horreur d’en prendre)et même de son diagnostic , 1 mois après le début du traitement je peux vous assurer que je vais mieux, j’ai retrouvé l’envie de rire, je suis beaucoup plus calme, beaucoup moins stressée, je danse,joue de nouveau avec les enfants et j’ai repris du plaisir à être avec eux, je reprends confiance en moi, j’ai de nouveau envie de faire des projets, d’avancer :  je me retrouve enfin !

Pourquoi ai-je fait une dépression? je ne saurai jamais vraiment pourquoi, peut-être une fatigue physique qui a dégénéré en fatigue psychique et morale…

Combien de temps je vais rester en traitement? je ne sais pas non plus mais pour l’instant je vais mieux et ça c’est l’essentiel et pour moi et pour mon entourage.

Ma seule crainte est de devenir prisonnière de mon traitement parce que je ne suis pas naïve je sais très bien qu’actuellement je suis dans un paradis artificiel mais j’ose espérer que je vais vite retrouver ma force morale.

Si je partage ça avec vous ça n’est pas pour me plaindre, c’est juste pour vous rappeler que ça n’est pas parce qu’on veut être des super mamans ou des super woman qu’on n’a pas le droit d’avoir des moments de faiblesses, justement c’est à force de vouloir être au top tout le temps que nous nous rendons malade, le stress et la pression conduisent irrémédiablement vers un burn-out, ou une charge mentale trop élevée, en résumé :

N’OUBLIEZ PAS DE PRENDRE SOIN DE VOUS !

 

 

 

2 Replies to “Accepter la dépression”

  1. bravo pour ce petit article !!! courage ma fille ça va aller !!! bisous

Laisser un commentaire